Sagesse
“Donner, c’est épargner, même si l’on donne à un vaurien”
Luluwa (RDC)
Celui qui donne recevra des autres lorsqu’il sera dans le besoin
Site Google  
Vous lisez le Quotidien du Mercredi 25 avril 2012 paru à Porto-Novo n°: 1983 année d'édition: 8  
“Donner, c’est épargner, même si l’on donne à un vaurien”   |  Luluwa (RDC)       Ça trompe   |  CRISE D'EXCROISSANCE       Lokossa   |  Un faux gendarme mis aux arrêts       Santé   |  Urticaire : comment se soulager plus vite       Sursaut patriotique et veille citoyenne   |  Après la révision, la bataille de la Lépi ?       d’Edgar Gnimavo   |  Le service public doit changer son fusil d'épaule       Contrôle routier   |  Le Cnsr aux trousses des véhicules sans pièces       Porto-Novo   |  La fête du 1er Mai se prépare       DDCAT   |  Les hôteliers de l'Ouémé Plateau à l'école       Condition de détention au Bénin   |  Une préoccupation pour le Médiateur de la République       Parlement   |  Les députés autorisent la ratification du CADE       Après son passage sur l'émission ''Zone franche''   |  Candide Azannaï écouté par le chef de l'Etat       Savalou   |  Amour Adofoé présenté au procureur de la République près le tribunal de première instance        Convention de l'UN   |  Risques de blocage        Audience au palais de la Marina   |  Soglo et Yayi débattent de l'actualité nationale et internationale       Régulation   |  Les excès de la presse écrite au centre d'un atelier régional       Paix et de sécurité au Bénin   |  Un atelier sur l'implication des organisations de la société civile       1ère conférence des préfets de l'année 2012   |  La situation intérieure des départements au cœur des débats        Hêvié/ Abomey-Calavi   |  Placide Azandé remet en cause les travaux de lotissement       Démangeaisons   |  Pourquoi j'ai toujours envie de me gratter ?       Ligue des Champions   |  Chelsea fait tomber Barcelone       Tournoi olympique de football   |  Le Sénégal ouvrira la compétition face à la Grande-Bretagne       France   |  Entre Nicolas Sarkozy et les syndicats, la guerre est déclarée       Union Africaine   |  Réunion sur le Mali, la Guinée-Bissau et les Soudans       Tunisie   |  Plus de visa pour les ressortissants des pays du Golfe       Mali   |  Le Premier ministre s'apprête à nommer le gouvernement de transition       
international
Mali
Situation incertaine, un mois après le renversement de ATT

La Suissesse Béatrice Stockly a été enlevée le 15 avril dernier à Tombouctou où elle vivait depuis longtemps. Elle serait aujourd'hui aux mains du groupe islamiste armé Ansar Dine qui l'a reprise à ses ravisseurs et se dit prêt à la libérer. La situation reste par ailleurs incertaine au Mali, un mois après le coup d'Etat militaire qui a renversé le président Amadou Toumani Touré, refugié désormais au Sénégal. Mais malgré la nomination d'un Premier ministre civil de la transition, les putschistes semblent dominer la situation.

Depuis l'indépendance du Mali en 1960, c'est la première fois que le pays fait un mois sans avoir un gouvernement ! Un Premier ministre est certes nommé, mais les consultations se poursuivent pour la formation de l'équipe de transition.

Après avoir remis symboliquement le pouvoir aux civils, la junte qui a renversé le 22 mars dernier le président Amadou Toumani Touré occupe toujours une place importante sur le terrain. Certains parlent même de cohabitation de trois structures : la primature, la présidence, et la junte.

Bientôt, il faudra compter avec l'Assemblée, puisque les députés auront droit à une prorogation de leur mandat.

A Bamako, deux principaux groupes animent le débat politique. La Coordination des organisations patriotiques du Mali (COPAM), qui soutient la junte, et le Front pour la démocratie et la république (FDR), qui réclame un retour effectif à l'ordre constitutionnel. A la tête des deux camps, deux syndicalistes qui ne s'apprécient pas du tout.

Reste la situation sur le terrain. Le pays est toujours coupé en deux. Le Nord, grand comme une fois et demi La France, est occupé par plusieurs groupes armés, avec une importante présence du groupe islamiste Ansar Dine, qui a le soutien de la branche maghrébine d'al-Qaïda.

Selon Cheickna Cissoko, président de la communauté malienne de Guinée, plus d'un millier de Maliens résidents en Guinée Conakry ont manifesté hier leur colère contre les " rebelles et autres terroristes " qui ont envahi le nord de leur pays. Ils demandent aux nouvelles autorités du Mali d'engager une lutte sans merci contre les envahisseurs pour que leur pays recouvre son intégrité.